AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

En famille, on s'entraide.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Zélie E. Morgans

✗ j'ai posté : 49 ✗ drachmes : 50 ✗ j'occupe le poste de : Chef du bungalow d'Hadès. ✗ enfant de : Hadès. ✗ je suis : Célibataire. ✗ je suis disponible : Toujours.
✗ on me connait sous : Lysa ✗ je ressemble à : Kristen Stewart ✗ ceci appartient à : Tumblr ; psychozee ; wild heart.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: En famille, on s'entraide. Dim 7 Juil - 10:50

C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux...
we are young.
Je regardais ma montre. Il était tôt. Ou tard en fait, tout dépendait de l'heure à laquelle vous vous étiez couché. Moi, je ne dormais pas vraiment depuis quelques jours. Quelques petites heures de sommeil à peine, mais rien de bien glorieux. Je ne sais pas ce qui me perturbait le plus. Le soleil se levait à peine, une nuance orangée au loin qui se reflétait dans mon regard. Un petit sourire naissait au coin de mes lèvres. Je regardais mon sac avant de le prendre sur mes genoux. Je sortais mon collier, que je renfilais. je l'avais enlevé pour m'entraîner, cet après-midi. J'étais souriante, sans plus, alors que je me rallongeais dans mon lit. J'avais enclenché The Power Of Love de Gabrielle Aplin, alors que je tentais désespérément de m'endormir. Heureusement, nous étions que trois dans le bungalow, ce qui minimisait le bruit. Et étant la plus jeune, je ne comprenais pas trop pourquoi être la chef, m'enfin, j'aimais vraiment ce statut, je dois dire. Je soupirais, me levant. J'enfilais ma robe blanche, mes baskets, et ma chemise ouverte rouge à carreaux. J'avais un style plutôt particulier, mais pas vraiment déplaisant, quand même. Je savais que les autres ne dormaient pas, et j'allais donc leur proposer une sortie nocturne. Bon, ce n'est pas la meilleure attitude, mais je m'ennuyais tellement. Je n'arrivais pas a plonger dans les bras de Morphée. Je tripotais mon collier, avant de m'avancer vers la couchage de Candice. C'était vraiment ma grande-soeur, enfin, je pouvais compter sur elle. Je m'installais sur le fond du lit, en regardant la demoiselle se redresser. j'entendais des pas venir vers nous. Blake, sans doute. Je jouais avec mon collier et ma bague, regardant mes deux aînées, avec un fin sourire sur les lèvres.
J'arrive pas à dormir.
J'haussais les épaules, aucun de nous avait l'air un peu fatigué, au contraire. cela me paraissait d'ailleurs bizarre, flemmard que nous pouvions être. Je tripotais encore mon collier, mon précieux. C'était tout bonnement impossible pour moi que de m'imaginer simplement dans mon lit à dormir. Cette nuit, je voulais faire autre chose. Le sommeil ne m'appelait pas, pas du tout. Morphée ne voulait pas de moi, tant pis.

made by pandora.

_________________
    love is their resistance
    THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MURT ALWAYS BE SAELED..
    code episkey.


Dernière édition par Zélie E. Morgans le Jeu 11 Juil - 12:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Blake S. Hamilton-King
STYX ∞ Call me god and shut up

✗ j'ai posté : 435 ✗ drachmes : 412 ✗ enfant de : Hadès ✗ je suis : Célibataire polygamiste ✗ je suis disponible : Elektra • Olivia • Lennon • Libre
✗ on me connait sous : crazy.jukebox ✗ je ressemble à : Mariano Di Vaio ✗ ceci appartient à : young & useless ✗ moi, schizophrène ? : Not yet.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: En famille, on s'entraide. Mar 9 Juil - 2:42





« La nuit, en secret, épanouit les fleurs et laisse le grand jour récolter les compliments.  »”

Il s'était couché sans trop le vouloir. À vrai dire depuis quelque jour c'était plutôt une corvée qu'autre chose. Pourtant, il était une véritable marmotte et s'il n'avait pas au minimum une dizaine d'heures de sommeil, il pouvait vraiment être ronchon et grincheux. Mais là... Rien n'y faisait. Il trouvait toujours son lit trop dur ou pas assez, son oreiller trop froid ou trop chaud. Il avait même commencé à envisager de mettre en place les théories du Feng-Shui, pour mieux réorganiser son espace et faire que les « bonnes ondes » circulent au mieux pour permettre d'avoir un sommeil plus réparateur. Baliverne. En fait il se cherchait des excuses bidon pour ne pas se retrouver seul dans son lit, une fois la nuit tombée. Il n'avait pas envie de se retrouver avec lui-même, dans ce silence si pesant. Des millions de questions se précipitaient dans sa tête et aucune réponse ne se pressaient pour sustenter ces premières. Et puis ces derniers temps dès qu'il se blottissait dans les bras de ce cher Morphée, seule les images du jour de la mort de sa mère lui venait en tête. Pas vraiment joyeux. Loin de là.

Ce soir-là, il avait plutôt bien mangé. Une bonne tranche de bavette avec des crudités et en dessert des raisins. Le véritable repas du guerrier en sommes. À sa sortie de table il était véritablement repu et il s'était directement diriger vers le Bungalow de son père, pensant être dans de bonne disposition pour attendre le marchand de sable et sombrer dans les abysses du sommeil. Mais il s'était une nouvelle fois trompé. Il avait pourtant tout essayé, la position fœtal, le fait de compter les centaures, sautant une stupide barrière dans une clairière parfaitement verte, jusqu'à un nombre incalculable normalement, mais là encore ses tentatives étaient vaines. Il avait encore les yeux parfaitement ouvert et pas la moindre once de fatigue ne pouvait se faire ressentir.

Mais alors qu'il pensait être le seul à ne pas être encore au pays des merveilles, il entendit des bruits de pas venant du bungalow. Sans doute l'une de ses sœurs qui ne devaient pas dormir non plus. Il décida alors de se lever et de s'habiller. Un T-shirt bleu nuit et un bermuda ferait largement l'affaire, puisque même s'ils décidaient de faire une petite virée nocturne, les températures à cette époque de l'année étaient particulièrement clémentes.

En sortant de sa chambre, il vit Zélie au pied du lit de Candice. Aucune des deux ne dormait, à sa grande surprise. Zélie était déjà prête, comme si elle avait déjà décidé du programme qui allait suivre, ce qui décrocha un léger sourire au jeune homme. Elle avait beau être, la plus jeune des enfants d'Hadès, elle était aussi sans doute, la plus téméraire. Elle méritait bien son chef de bungalow. Et d'ailleurs cela arrangeait bien le seul homme de la famille Hadès, puisqu'il avait d'autres chats à fouetter que de faire de l'intendance avec les autres maisons des enfants des Dieux. Et puis il aurait sans doute perdu patience. Il n'aurait jamais pu supporter traiter avec des enfants d'Aphrodite qui pense d'abord à leur propre bien - physique surtout - qu'aux biens de la communauté générale des sang-mêlés. Et encore ce n'était qu'un exemple parmi tant d'autre.

Il fit un petit signe de la tête à ses deux soeurs. Elles n'ont plus, n'étaient pas marqués par le manque de sommeil. Bien au contraire. Elles avaient même l'air plutôt très alerte. « J'arrive pas à dormir. » avait déclarée la plus jeune avec un certain entrain. Elle restait là à nous regarder et il lui fit un large sourire « C'est quoi le programme alors ? Non parce que je ne sais pas vous, mais j'ai bien envie de me dégourdir les jambes ». Il restait d'un oeil l'extérieur du bungalow et pensait que c'était une parfaite soirée pour vagabonder en compagnie de ses deux soeurs.

(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En famille, on s'entraide. Mar 9 Juil - 10:16

en famille, on s'entraide.
L'obscurité était totale, et ma respiration était régulière. Elle brisait ce silence pesant qui envahissait la pièce. Seul mon talisman brillait autour de mon cou, émettant une petite lumière qui me maintenait en éveil. Je n'arrivais pas à dormir, et cela, depuis déjà quelques heures. Mon regard se perdait dans le vide, mes pensées étaient ailleurs. Ici, je me sentais bien ; je me sentais comme chez moi. Depuis mon arrivée au Camps des Sangs-mêlés, j'ai su trouver mes marques, mes repères. J'ai été envoyée dans ce bungalow, où se trouvaient déjà Blake et Zélie. C'est un peu plus-tard que j'ai appris la vérité. Nous étions dans le bungalow d'Hadès, et seuls les enfants du dieu des enfers étaient autorisés à vivre ici. Ainsi, j'ai rapidement compris que ces deux personnes étaient mon demi-frère, et ma demi-sœur. Une chose que j'ai toujours voulu savoir ; depuis que j'ai appris la vérité à propos de mon père, j'ai voulu savoir si j'avais d'autres frères et sœurs. Et apparemment, j'en avais deux.

Mon intégration au Camps a été plutôt simple, et principalement grâce à eux. Ils étaient ici depuis plus longtemps que moi, et cela aidait beaucoup. Blake avait le même âge que moi, tandis que Zélie était la plus jeune de nous trois, et elle était la chef de ce bungalow. L'âge n'avait rien à voir avec cela, elle se trouvait ici depuis qu'elle était toute petite, et connaissait bien plus de choses que nous. Mes pensées furent interrompues par des bruits de pas, qui s'approchèrent de ma chambre. J'ai alors allumé la lumière, avant de voir la silhouette de Zélie se dessiner. Je savais déjà qu'elle était comme moi ; elle n'arrivait pas à dormir non plus. Je me suis alors redressée un peu sur mon lit, pour un peu mieux la regarder. Puis, des pas se firent à nouveau entendre. Blake. Il avait probablement entendu Zélie venir ici. « J'arrive pas à dormir. » lança alors notre sœur cadette, un sourire aux lèvres. Sourire partagé par moi, puis par Blake. Ce dernier s'avança légèrement, avant de prendre la parole à son tour. « C'est quoi le programme alors ? Non parce que je ne sais pas vous, mais j'ai bien envie de me dégourdir les jambes »

Sentiment partagé, bien sur. Je n'avais pas envie de rester là à ne rien faire à regarder dans le vide, sans pouvoir dormir. Haussant les épaules, mon regard s'est tourné vers Zélie, puis vers Blake. « On peut faire une petite promenade nocturne ? J'ai bien envie de bouger aussi. » lançais-je, un large sourire se dessinant sur mon visage. J'ai alors commencé à me relever. Puis, j'ai remarqué que je ne m'étais pas habillée - je n'étais pas totalement nue, bien sur, je portais seulement un petit maillot blanc, et un petit short gris. Je me suis donc dirigée rapidement vers l'arrière de la pièce, afin de me changer en quatrième vitesse. J'ai enfilé un petit haut violâtre, ainsi qu'un jean de couleur neutre, et des chaussures simples. Je n'aimais pas réellement l'extravagance, autant au niveau vestimentaire que dans la vie de tous les jours. Je me suis alors approchée d'eux, en passant une main dans mes cheveux, pour les détacher, et les laisser retomber au niveau de mon torse. « Tout le monde est prêt ? » demandais-je en souriant.



Revenir en haut Aller en bas
Zélie E. Morgans

✗ j'ai posté : 49 ✗ drachmes : 50 ✗ j'occupe le poste de : Chef du bungalow d'Hadès. ✗ enfant de : Hadès. ✗ je suis : Célibataire. ✗ je suis disponible : Toujours.
✗ on me connait sous : Lysa ✗ je ressemble à : Kristen Stewart ✗ ceci appartient à : Tumblr ; psychozee ; wild heart.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: En famille, on s'entraide. Mar 9 Juil - 20:38

C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux...
we are young.
La seule lumière qu’il y avait dans la pièce était celle de ma petite lampe. Une petite lampe grise que j’avais trouvée lors d’une de mes missions. Je regardais aussi la petite bougie rouge passion, la flamme vacillait drôlement. Je soupirais, il y avait du vent pour faire bouger la flamme, mais pas assez pour faire passer la chaleur ambiante. Je réfléchissais doucement, regardant le plafond tranquillement. Je posais mes mains sur ma poitrine, au niveau de mon cœur. On s’était tous bien intégrée ici, j’y avais veillée. De toute façon, j’étais ici depuis ma naissance, et je connaissais beaucoup de monde. Dont la chef du bungalow de Poséidon, et une fille de Zeus. Le trio infernal des filles des trois grands.

Je regardais l’ombre de la fleur qui était posé à côté de la bougie. Je levais alors une main, faisant vaciller l’ombre. Celle-ci se posa sur la bougie, et l’éteignit. Je soupirais, me roulant sur le côté, pour fermer les yeux. Morphée et le pays des merveilles ne voulaient visiblement pas de moi. Je soupirais, attrapant mon collier dans mon sac. Je le renfilais doucement. Je l’avais enlevé alors que je m’entraînais à magner l’arc. Je m’y prenais plutôt bien, mais il me manquait de la précision. Je tirais plus vite que la moyenne, plus vite que mon ombre, mais je n’avais pas la précision d’une fille de la déesse de la chasse, c’est sûr.

Je me levais, m’habillant d’une petite tenue simple. Je me dirigeais doucement vers Candice, en espérant qu’elle ne dormait pas. Mais, sa respiration régulière et un peu plus forte m’en donnait la preuve. J’avançais, avant de m’installer sur son lit, passant une main dans mes cheveux nerveusement, de peur de déranger. Je tripotais mon collier de l’autre, en souriant. Avant tout parce que je voyais Blake arriver. Je m’asseyais en tailleur, regardant mes aînées.  

J'arrive pas à dormir.
« C'est quoi le programme alors ? Non parce que je ne sais pas vous, mais j'ai bien envie de me dégourdir les jambes ».
« On peut faire une petite promenade nocturne ? J'ai bien envie de bouger aussi. »
Parfait. Candice, prépare-toi et on y va.
Je souriais, regardant Candice s’habiller, avant de tourner mon regard vers Blake, alors que je me levais. Je lui adressais un sourire, me dirigeant vers la sortie en souriant. Je passais une main sur mes vêtements pour les lisser. « Tout le monde est prêt ? » Je souriais, hochant doucement de la tête, avant de passer un pied, puis l’autre dehors. Je respirais grandement l’air. J’étais peut-être la plus téméraire, mais aussi la plus perspicace, certaine fois. Je m’attardais plus sur les détails insignifiants que mes aînées.  Je tournais sur moi-même, avant d’attacher mes cheveux en une queue de cheval.
Il fait meilleur que dans le bungalow.

made by pandora.

_________________
    love is their resistance
    THEY'LL KEEP US APART AND THEY WON'T STOP, BREAKING US DOWN AND HOLD ME, OUR LIPS MURT ALWAYS BE SAELED..
    code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Blake S. Hamilton-King
STYX ∞ Call me god and shut up

✗ j'ai posté : 435 ✗ drachmes : 412 ✗ enfant de : Hadès ✗ je suis : Célibataire polygamiste ✗ je suis disponible : Elektra • Olivia • Lennon • Libre
✗ on me connait sous : crazy.jukebox ✗ je ressemble à : Mariano Di Vaio ✗ ceci appartient à : young & useless ✗ moi, schizophrène ? : Not yet.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: En famille, on s'entraide. Dim 21 Juil - 9:08





« La nuit, en secret, épanouit les fleurs et laisse le grand jour récolter les compliments.  »”

Il était vraiment rare d'avoir les trois enfants du Dieu des enfers réunis en pleine nuit comme cela. En effet, il n'était pas exceptionnel que Blake ne soit pas dans le royaume d'Hypnos - insomniaque chronique qu'il était, mais il avait que très rarement entendu ses sœurs souffrir du même mal que lui - à moins qu'elles aussi, aient la capacité de discrétion d'un chat et arrivaient à se faufiler en dehors du bungalow sans faire le moindre bruit pouvant éveiller les soupçons.

À vrai dire, plus il regardait ses sœurs et plus il trouvait cela bizarre. Avant son arrivée, ici sur le camp des sangs mêlés, il n'était qu'un simple garçon un peu bizarre, excentrique, qui avait tué sa mère sans vraiment le faire exprès et qui c'était toujours demandé ce qu'il avait bien pu faire pour mériter un tel fardeau - génétique, historique et psychologique. Et au tout début, alors qu'il n'était qu'un petit nouveau sur le camp, il s'était de nombreuses fois posés ces mêmes questions sans jamais réellement trouvés de réponse. Surtout que son père avait mis énormément de temps avant de le « reconnaitre » - si on peut appeler la chose ainsi. Et puis le regard des autres pensionnaires n'arrangeait rien. Être le fils d'Hadès, l'un des Olympiens les plus détestés, les plus redoutés et les plus haïes de tous les dieux qui puissent exister n'est pas une chose très aisée à assumer et surtout à vivre au jour le jour. Bien au contraire. Mais ce soir-là, il se sentait enfin bien. Il se sentait enfin réellement à sa place. Lui qui avait toujours voulu avoir une vraie famille, qui lui ressemblait, qui le comprendrait. Il l'avait trouvé. Avec ces deux sœurs, ils étaient loin de se ressembler physiquement, mais mentalement et caractériellement parlant, ils étaient tous les trois un peu tous les mêmes. Et puis, ils savaient chacun d'entre eux, qu'ils pouvaient compter les uns sur les autres. Après tout, ils étaient tous dans la même galère, avec le même père et les mêmes préjugés à leur égard.

Après avoir attendu que tout le monde soit habillé et fin prêt pour leur petite sortie de pleine lune, ils sortirent du bungalow comme un seul homme. Très vite Zélie s'avança et commença à tourner sur elle-même avant d'attacher ses cheveux en queue-de-cheval avant de déclarer « Il fait meilleur que dans le bungalow ». Le jeune homme sourit largement et regarda sa jeune sœur avant de dire à son tour « C'est vrai qu'il faisait vraiment lourd dans notre bungalow. On pourrait limite se croire un soir de canicule ». Il était vrai que depuis quelques temps la température sur le camp était montée d'un cran, mais quoi de plus normal pour un mois de juillet. Les trois jeunes gens continuèrent leur balade. Plus ils avançaient et plus ils se dirigeaient vers la forêt de la colonie. Cet endroit était aussi l'un des préférés du jeune Hamilton-King. Il y avait fait de nombreuses rencontre et y avait passé pas mal de temps lors de ces virées de noctambule. Et puis c'était sans doute l'endroit où il faisait le plus frais ces derniers temps sur le camp.

Alors qu'ils commençaient à s'enfoncer peut à peu dans la forêt et que les rayons de la lune - qui les éclairait jusqu'à présent - se faisaient de plus en plus rare, le jeune homme décida de briser le silence qui s'était imposé, depuis sa dernière intervention. « Une petite baignade nocturne ça vous tente ? Je ne sais pas vous, mais même si le temps est beaucoup plus agréable ici que dans le bungalow, je crève quand même de chaud ». Il marqua une petite pause avant de reprendre « Si on continue dans cette direction on peut atteindre la falaise donnant sur le lac de la colonie. On pourrait tenter un petit saut de l'ange et se rafraichir un peu. Non ? Qu'en pensez-vous ? » Il avait déjà plusieurs fois dans le passé fait le grand saut. Il adorait cette sensation qu'il ressentait lorsqu'il était en chute libre. C'était un peu comme si le temps ralentissait, comme si rien, ni personne ne pouvait avoir une quelconque influence sur sa vie et sur sa destinée. Comme si rien ne pouvait l'atteindre. Et cela faisait le plus grand bien. Depuis qu'il avait découvert sa véritable identité - ainsi que tout ce qui lui incombait - il avait compris que de nombreuses choses allaient se passer sans qu'il puisse en changer quoi que ce soit. Lui qui pensait avant d'arrivée ici, pouvoir choisir de sa vie, il avait compris que la vie de Sang-mêlés était plus souvent sujette au destin qu'il ne l'aurait réellement voulu. Alors, cette sensation, qu'il ressentait lors du grand saut lui donnait une véritable bouffée d'air frais. Enfin il pouvait choisir de ce qui allait advenir à l'avenir. Comment ? Tout simplement en décidant, lors de sa chute vertigineuse entre son plongeoir et l'eau, de mal se réceptionner et donc de mettre fin à ses jours, aussi bêtement que cela puisse paraitre. Enfin. C'était véritablement bête de finir sa vie de la sorte. Mais cela le réconfortait de savoir que si jamais, un jour, par le plus grand des malheurs - ou bonheurs pour certains - il se retrouvait dans une posture indélicate, où il devait choisir entre la vie de l'une de ses sœurs au détriment de l'autre - et ce n'était qu'un exemple parmi tant d'autre, des dilemmes qu'un demi-dieu pouvait rencontrer durant sa vie - alors que pour lui le choix serait véritablement impossible, il pouvait en finir et aller à l'encontre de ce que les dieux et les tisseuses du destin avaient décidé pour lui. C'était sans doute bête comme façon de penser ou de réfléchir, mais il se consolait comme il le pouvait.

Restant toiser ses sœurs chacune leur tour avec son air malicieux et un sourire en coin, le seul et unique fils d'Hadès déclare avec enthousiasme « Alors, les filles ? Ça vous tente ou pas ? »


(c) Myuu.BANG!

_________________
Success is the best revenge


(c) by hotmess
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: En famille, on s'entraide.

Revenir en haut Aller en bas
 

En famille, on s'entraide.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KEEP CALM & BE A HERO :: CAMP HALF-BLOOD :: Bungalows :: Hadès-